Les jobs étudiants

Catégorie

Actualité

Publication

03/07/2019

L’année scolaire est terminée, mais votre enfant a décidé de continuer à bosser ? Un job d’été, c’est le moyen idéal pour financer des vacances, un kot ou un autre projet perso. Le truc à ne pas zapper ? L’impact sur ses allocations familiales et sur les cotisations ONSS.

Deux grandes questions à se poser : est-ce que le jobiste continue une formation à la rentrée ou est-ce son dernier été avant le grand saut dans la vie professionnelle ?

Il continue ses études à la rentrée

Si votre enfant poursuit ses études après les vacances d’été, il peut travailler sous contrat étudiant pendant un nombre illimité d’heures pendant juillet, août et septembre. Peu importe les sommes qu’il perçoit, vous continuerez à recevoir ses allocations familiales.

Le jeune ne reprend pas d’études en septembre

Votre enfant est né avant 2001

Dans le cas où votre jeune ne poursuit plus d’études, il ne devra pas dépasser 240 heures de travail (contrat étudiant ou ordinaire) entre le premier juillet et le 30 septembre s’il souhaite continuer à recevoir des allocations familiales pendant les mois d’été.

Dans le cas précis d’un étudiant qui termine une formation en alternance rémunérée, nous vérifierons qu’il n’a pas reçu plus de 551,89 € bruts par mois pour voir s’il peut toujours bénéficier des allocations familiales.

Votre enfant est né à partir du 1er janvier 2001

Pour les jeunes nés en 2001 et ultérieurement, la loi est plus souple. Jusqu’à leurs 25 ans, ils peuvent travailler un nombre illimité d’heures sur l’année sans perdre leurs allocations familiales.  Ce n’est qu’à partir de leur 21e anniversaire et jusqu’à leurs 25 ans que nous vérifierons leur scolarité. Nuance importante à garder en tête, les heures de travail illimitées sont valables pour les contrats étudiants uniquement. Les contrats ordinaires (CDD de plus d’un an, PFI, CDI, etc.) ne peuvent cumuler plus de 240 heures par trimestre.

Pour tous

D’autres conditions entrent également en compte pour pouvoir conserver des allocations familiales entre 18 et 25 ans. Parmi elles : ne pas recevoir des allocations de chômage ni une allocation d’interruption de carrière.

Notez également qu’à partir de la 476e heure de travail sur l’année complète, les cotisations sociales prélevées sur le salaire seront plus importantes. Cela signifie simplement que le salaire net du jeune sera moins élevé à partir de la 476e heure. L'étudiant peut vérifier son solde d’heures sur le site Student@Work.

Si le nombre d’heures s’annonce supérieur, qu’on soit né avant ou après 2001, il faudra alors se demander si le job en vaut la chandelle : est-ce que la rémunération est plus élevée que les allocations familiales ? Est-ce que ce job lui permet de se développer et d’acquérir de nouvelles compétences ? Est-ce une porte d’entrée vers un CDD ou un CDI ? À lui de voir !

Pour toute question sur les allocations familiales, n’hésitez pas à nous contacter.